Texte disponible : Si tu fais les choses que tu aimes vraiment
Texte disponible : Rester pauvre
- Youtube chansons


- Livres
CDs
Livres
Textes disponibles
Bio
Vidéos
Contact

chanson Pourtant auteur français


cd savoirs
Stéphane Ternoise,
Les CDs,
Les livres.
livre 14

Pourtant

recevoir des textes chansons




Qu'est-ce qui a déconné
Pourquoi ça a mal tourné
Pourquoi quand j'vois ton nez
J'ai envie de t'assommer

On s'est aimé... pourtant
On a eu 20 ans... pourtant
Et on rêvait...
Et on riait...


On a eu des enfants
A chaque fois j'étais content
J'trouve qu'ils te ressemblent
Qui se ressemble s'assemble

On s'est aimé... pourtant
On a eu 20 ans... pourtant
Et on rêvait...
Et on riait...


J'suis devant la télé
Tout l'temps que j'suis éveillé
C'est pas la panacée
Mais ça m'évite de penser

On s'est aimé... pourtant
On a eu 20 ans... pourtant
Et on rêvait...
Et on riait...



Les chansons qui parlent un peu AMOUR , analysent le sociales, pas en français classiques mais en chti, pour les enfants, de la poésie devenue chanson, de la vraie politique en musique, des parodies, le versant fantaisiste.



Ajouter votre avis

-- le 24 juin 2014 à 21 : 04
par : Je ne suis pas sur de quoi on parle ici - si c'est pour moi ou pas, mais je pense que tu veux savoir - que je te parle de mon ex. Ou cette chanson n'a rien avoir avec moi. Ok. Je te parle de mon ex - pour qui je n'ai plus le moindre de moindre de moindre attachement (et je trouve ça pas très normal - mais c'est un fait).
Donc. Je suis venu en France (ohh ca risque d'etre long). J'ai fait le chemin de St. Jaques de Compostelle en 2004 - c'etait magnifique mais cette une autre histoire. Avant de rentree aux US, je suis venue sur Paris - 3 semaines. Une de mes amies de Nouvelle Orleans vivait ici à l'epoque. Le soir ou je suis arrivée à Paris, ma copine et moi, nous avons diné dans un restaurant sur l'isle de St. Louis - le nom du restau etait "La Catatrophe". Le mec à qui le resto appartienait nous aimé bien, ma copine et moi - il nous a offert les dessert, il est venu s'assoir a notre table a la fin de notre repas avec une bouteille de Grande Marnier et une bouteille de cognac. Il nous a fait des "beautifuls" cocktail de 1/2 cognac 1/2 grand marnier, servi dans un verre a cognac (jolie couleur, beau dans le verre, cette libation). Alors, bourré (le resto s'est fermé à minuit et il etait 2h le matin). Alors, bourré, très bourré, nous sommes sortis du restau et le charmant proprietor nous accompagnait. Peut-etre qu'il me dragué... mais on la largué sur le pont de echange (j'ai plus le nom ce ce pont). Il a essayé de m'embrassé et je suis sorti (je ne parlais pas un mot de Francais à l'epoque) mais je suis sorti un truc de très mechant - je crois qu'il etait marié, il a essayé de m'embrasser sur le pont et j'ai dit quelque chose de tres mechant. Je ne souviens plus ce que je lui ai dit, mais je ne peux pas oublié la tete qu'il a fait quand il m'a compris - a ce jour meme, je regret d'avoir etait si mechant.
Bref - rien avoir avec mon ex. Ce soir meme, bourré, on est allé dans le marais -- c'etait en aout, il faisait un temps magnifique. On etait sur une place dans le marais, pres de l'hotel de ville - un bar qui s'appelait le Low Rider. On etait assis sur une terrasse, ma copine et moi. Tout d'un coup, plus loin on voit un mec qui marchait, trois voyous l'approchait, des jeunes, entre je dirais 17 et 22 ans. Ils l'ont sauté, il etait par terre, l'un a arachait son sac à dos, un autre lui a fait un gros coup de pied dans le bide, le type par terre a attrapé le pied d'un de ses agressors, lui a fait tombé. Le type a explosé en rebondissement et a commence a courir apres le gars avec son sac à dos, il venait vers nous. Puis le type a sauté dans l'air comme un fauve, il attrapait le mec avec son sac a dos par les epaules et ils sont tout les deux tombaient devant nous, dans le vide central de la place. Le voyou sortait un couteau, un petit couteau, le type l'a par le cou, position d'etrangler. Le voyau coup le bras droit du mec, a l'hauteur du biceps, puis il l'a coup le figure, une petit nic sur le sourcil. Le type arache le couteau, le jete, arrache son sac à dos du mec, se releve, mit son soulier sur le cou du mec par terre, puis il dit - j'ai toute ma vie dans se sac, j'ai toute ma vie la-dedans. Le mec par terre, il dit: tu penses que l'on te vol pour le plaiisir !? Nous n'avons rien, rien de tout - j'ai pas mangé depuis (je sais pas le parole exact parce que je ne parlais pas francais à l'epoque - donc quand je dis ce qu'ils ont dit, c'est par la traduction que l'on m'a fait ce soir la apres le drame - mais j'ai tout vu). Donc, le gars il dit qu'il ne vole pas pour le plaisir et qu'il n'a pas mangé depuis quelque jours. Et là, le mec avec le sac a dos, qui saigne maintenant de sa tete et de son bras, il ouvre son sac a dos, il donne un carnet de tickets de restaurant au type, il ouvre son portefeuille et il le donne 5 Euros - tout le liquide qu'il avait dans son portefeuille. Il dit: voila tu m'aurais sautée dessus pour 5 euros.
Deux amies se sont assis a coté de nous, moi et ma copine. On a commencé a discuter du drame - il parlait bien anglais. Il s'appelait Jacques. On voyait le tour de St. Jacques devant nous, je venais de terminer le chemin de St Jaques de Compostelle. Bref, on est devenu un couple.
Il venait aux Etats-Unis 3 mois (intermittant de spectacle, lui). La on etait tres tres bien. J'ai fais deux ou trois aller-retour sur Paris puis, j'ai démissionnais mon travail a Washington et je me suis installais en France avec lui en Octobre
2005. Apres un ans, on s'est marié, plus pour que moi que je puisse avoir le droit de travailler que pour l'amour pour toujours, parceque il avait deja commencer d'avoir ses "doutes". J'ai travaillé 3 ans on vivait ensemble, on s'aimait le plupart du temps - j'etais tres dependant de lui au depart parce que je ne parlais pas la langue, je ne comprenais pas la culture, je n'avais pas de famille ici, les amis que j'ai pu faire, je venais de les rencontrer et ils etait souvent ses amis a lui.
Sa famille - n'en parlons pas - difficile - hyper, traditionel bourgeoise francaise à l'absurde. Dejeuner tout les dimanche chez ses parents avec toute sa famille.
J'ai cassé le jaune d'un oeuf que j'ai servi un jour - c'etait un enorme dispute! Comment oser servir un oeuf à plat, jaune cassé. Je voulais deplacer un armoire dans l'appartement (dernier dispute). Il m'a dit: je ne sais pas si je vais pouvoir t'aider a deplacer cet armoire. Pourquoi? faut le faire - tu veux que je la deplace tout seule? Lui: Je ne sais pas si je t'aime aussi pour t aider a deplacer l'armoire. J'ai dit - ca c'est un probleme. Je l'ai quitté le lendemain. C'etait il y a 3 ans, a peu pres.
Pendant 4 ou 5 mois j'etais effondré. Coeur déchirée. Il avait une autre femme depuis des mois, j'ai appris apres - elle etait une "vraie" journaliste - j'etais empoisoné par une jalousie feroce. J'ai senti un espace de rivalrie indescriptable, je voulais l'arrachée la peau de sa gueule avec mes propres dents comme une lionne, je voulais la tue. Pleines de drames se sont passer pendant se temps, des aller-retours, scenes de violence, etc.
Puis un jour, dans mon nouvel apartement dans le marais, je me suis levée et j'entendais les oiseaux chanter dans le cour de l'immeuble. Une rayon de soleil, belle comme un (?) a transpercé la piece, tombée sur une carte postale de le soleil, image de tarot. J'ai regardé dans mon coeur et dans mes pensées et j'etais envahi d'un joie, d'un reconnaissance de liberte, de bonheur, d'envie d'eclater en rires. C'etait exactement comme si une mauvais sort s'est cassée. Je pensais à mon ex et j'avais trop envie de rire et un soulagement enorme - l'impression d'avoir echappé d'une piege horrible - l'impression d'avoir echappé d'une balle. C'etait vraiment comme ça - un beau matin, je me suis levée, j'ai regardé toute notre histoire avec un recule illuminé - une tres fort sentiment d'avoir ete liberée - j'etais Ingrid Bettancour sur le tarmac de Roissy.
Ce jour meme, jacques a changé d'avis. Il a decidé qu'il ne pouvait vivre sans moi. Moi je ne le connaissais plus. Il est devenu completement cinglé, il me pistait partout, il dormait sur le pallier de la 1ere entree de mon immeuble, il m'harcelait, il m'envoyer des fleurs tout les jours au bureau, il appelait mon patron, il m'attendait dans tout les coins de tout les rue, il venait chez moi, hurler de l'exterieur de li'mmeuble, quand il arrivait de rentre dans l'immeuble, il hurlait de l'exterieur de ma porte, frapper comme avec un marteau à 5 h le matin, me menecait de toute les menace, me menacait de se jetter dans le Seine. Fais le!! Je hurlais. Jette toi dans le Seine, je t'en suppliie! (croyais pas qu'il allait mourrir en se jettant dans le Seine). finalement, j'etais obligé de porter main courante. J'arreterais la mais il est toujours aussi cingle - certain certain certain que je suis juste "faché", que quand je me calme un peu on peut continuer le histoire.
Voila. Depuis, j'ai eu d'autre petites histoires, rien qui a duré plus d'un an.
Ce n'est cette histoire la source de la mal que tu sens en moi.


le texte suivant : Sept mois je voulais...


Auteur : CONTACT


accueil versant auteur chansons






bien plus que parolier : auteur de chansons

auteur de chansons en France
Découvrir en vidéo un texte disponible :
Vous abonner à la chaîne Youtube Auteur de Chansons :